Les Musicales de la Collégiale

La valorisation de la Collégiale passe par l’organisation de différentes manifestations dans et autour de la Collégiale visant à faire venir un public et lui faire découvrir le site. Ces manifestations pourront prendre la forme de conférences, de participation aux actions locales et nationales ayant pour but la valorisation du patrimoine, mais aussi de concerts.

Afin de permettre à un public local de retrouver le chemin de la Collégiale et de se familiariser avec la musique enlui faisant découvrir, soit de jeunes talents, soit des musiques avec lesquelles il n’est pas toujours familiarisé, L’association Demain, la Collégiale d’Ibos  organise des concerts, regroupés sous le label « Les Musicales de la Collégiale ».
Comme indiqué ces concerts ont une vocation pédagogique et vulgarisatrice et sont l’occasion de donner des cartes banches soit à de jeunes talents, soit à des musiciens nous permettant de découvrir des musiques originales.

Concert TAKISUN
Récital de Marc Vella
Jean-Paul POLETTI

 

Concert "TAKISUN"

Le 18 octobre à 21h00, l’association Demain la Collégiale d’Ibos, produira, avec l’aide du Conseil Général des Hautes-Pyrénées dans le cadre des concerts d’automne et de la ville d’Ibos, un concert intitulé TAKISUN, suite pour chœur, ensemble traditionnel péruvien, piano et récitant.
Là encore, l’association souhaite faire découvrir  des musiques avec lesquelles le public n’est pas toujours familiarisé, et au-delà, la culture qui sous-tend cette musique « écoute les peuples chanter et tu connaîtras leur culture ».
Il s’agit d’une création du groupe  Alturas et de l’Ensemble Vocal de Castanet-Tolosan.
Takisun, « chantons » en quechua, évoque trois périodes de la civilisation andine :

  • La période précolombienne, le temps des incas : Los incas
  • L’époque des sang-mêlé : El mestizage
  • La civilisation actuelle, fidèle à son passé : La civilisacion actual con raices en su pasado

L’Ensemble Vocal de Castanet-Tolosan

Le Chœur

Crée en 1962, l’Ensemble Vocal de Castanet-Tolosan est placé sous la direction musicale de Michel Touton depuis 1984. Fort d’une cinquantaine de choristes amateurs, l’ensemble vocal aborde tous les styles du répertoire choral.

Pour certaines œuvres, l’EVCT a eu l’honneur, seul ou avec d’autres chœurs, d’être accompagné par des orchestres de renom : l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, l’Orchestre de la cité d’Ingres de Montauban, le groupe péruvien Alturas, l’Orchestre des Citoyens de l’Europe.

Les programmes ont été présentés tant en France qu’à l’étranger lors de rencontres internationales en Allemagne, au Québec, en Grèce, en Espagne et au Pérou.

Le Directeur Musical, Michel Touton

Né en 1958 à Toulouse, Michel Touton découvre sa passion pour le chant choral à l’âge de 11 ans avec Alix Bourbon, son professeur de musique au collège. Après des études musicales au Conservatoire National de Région de Toulouse, c’est avec la Chorale Populaire de Toulouse où il chante pendant 10 ans, qu’il s’initie à la direction de chœur.

Plusieurs stages de direction viendront compléter son apprentissage. Après avoir dirigé plusieurs ensembles vocaux, il prend en 1984 la direction musicale de L’Ensemble Vocal de Castanet-Tolosan avec lequel il privilégie la diversité des styles et des époques.
Après avoir enseigné la musique et le chant choral en collège, puis chargé de mission pour l’enseignement et les pratiques amateurs à l’ADDA 31, le service musique et danse du Conseil Général de la Haute Garonne, Michel Touton est actuellement Directeur de l’Ecole d’Enseignements Artistiques de Tournefeuille.

Le Répertoire

L’Ensemble Vocal de Castanet-Tolosan aborde tous les styles du répertoire choral.

Citons à son actif la Misa Criolla et la Navidad Nuestra d’Ariel Ramirez, les Carmina Burana de Carl Orff, Le Te Deum de Marc-Antoine Charpentier, le Regina Coeli de Wolfgang Amadeus Mozart, la messe O Quam Gloriosum Est Regnum de Tomas-Luis de Victoria, la Messe n° 2 en Sol Majeur de Franz-Peter Schubert, le Requiem de Giuseppe Verdi, ou bien encore le Requiem de Gabriel Fauré.

Enfin, l’EVCT a régulièrement chanté le répertoire a cappella, allant de pièces de la Renaissance jusqu’au musiques contemporaines.
  
2000-2001 Requiem de Verdi, Musique d'Amérique Latine et Chansons françaises
2001-2002 Musique d'Amérique Latine et Chansons françaises
2002-2003 Chansons françaises
2003-2004 Chansons françaises et Requiem de Fauré
2004-2005 Requiem de Fauré et Carmina Burana
2005-2006 Nouvelles Chansons françaises et Requiem de Fauré
2006-2007 Requiem de Fauré et Musique d'Amérique Latine
2007-2008 Chansons françaises et Requiem de Fauré
2008-2009 Musique d'Amérique Latine, Magnificat de Rutter

Les Derniers concerts :

Les 5 et 6 mai 2006, à LAURION et ARGYROUPOLIS (Grèce.), concerts de pièces classiques et de chansons françaises. Le 18 juin 2006, à Sainte Germaine de TOULOUSE, concert de pièces classiques et de chansons
françaises. Concerts avec la chorale São Pedro de Aradas (Aveiro-Portugal)

les 6 et 7 octobre 2006 à TOULOUSE et CASTANET.

Le 13 et 14 avril 2007, à MATOSINHOS et AVEIRO (Portugal), concerts avec au programme des pièces latino, classiques, des chansons françaises et le Requiem de Fauré.

Le 10 juin 2007 à AUCH, "Joutes Chorales".

Concert de Noël, le 1er décembre 2007, à 20h30 à l’église de CASTANET.
  
Les 2 et 3mai 2008, à CONEGLIANO et SANTA LUCIA (Italie), concerts avec au programme de la musique française et le Requiem de Fauré, des pièces latino et des chansons françaises.

"TAIKISUN", Avec le groupe péruvien Alturas, un grand spectacle, voyage musical à travers l'histoire de l'Amérique Latine. le 8 juillet 2008, à 20h30 au Château de Saint Félix de Lauragais.

Les Prochains concerts :

"TAIKISUN" Le 17 octobre 2008 à 20h30 au Centre Culturel de RAMONVILLE ST AGNE.

            Le 18 octobre 2008 à 21h à la Collégiale d'IBOS (65)

            Le 16 janvier 2009 à 21h à la Salle Palumbo à SAINT JEAN.

Concert de Noël, le 19 décembre 2008, à 20h30 à l’église Saint Jérôme à TOULOUSE.

Le Groupe Alturas

Le Groupe

Depuis sa création à Lima en 1978, le groupe Alturas, avec ses quatre musiciens-chanteurs, n’a cessé de faire connaître la réalité péruvienne, avec sérieux et un grand professionnalisme.
Edgar Garcia Cossio : né à Carhuaz dans les Andes ; chant, mandoline, charango, guitare, percussions ;          
Manuel Garcia Reategui : né à Iquitos (Amazonie) ; chant, guitare, guitare basse acoustique, flûtes, percussions ;
Luis Medina Pajares : né à Lima ; chant, charango, flûtes, cajon péruvien, percussions ;
Sebi Blanco : né à Valladolid (Espagne) ; chant, instruments à vent, guitare tiple, charango, percussions.

 

Trajectoire et répertoire

Le groupe Alturas a joué dans presque tout le Pérou et participé à de prestigieux festivals en Europe, en ex URSS, en Israël, au Maroc, en Colombie. De sa riche expérience partagée avec de nombreux chœurs en Europe et plus particulièrement dans le Sud de la France, on retient principalement la Misa Criolla et Natividad Nuestra du compositeur Ariel Ramirez.
En 2002, Alturas et l’EVCT effectuent ensemble une tournée au Pérou.
En 2004, aux côtés du célèbre ténor José Carreras le groupe interprète la Misa Criolla à Bologne en Italie et en 2005, il a le privilège de créer en Allemagne la version de cette œuvre nouvellement orchestrée par le musicien péruvien Luis Craff.

De très nombreux commentaires de la presse spécialisée et l’importante discographie du groupe témoigne de la qualité de son  travail de recherche, de création et de diffusion de la musique traditionnelle péruvienne, toujours épurée et authentique.

Alturas, installé en Espagne depuis quelques années, est actuellement considéré comme le meilleur groupe artistique péruvien vivant à l’étranger.

Dans notre département, le groupe Alturas a participé au Festival de Capvern en 1996, 1998 et 2001(concert de clôture) et à Bagnères de Bigorre en 1999 et 2000.

 

Le prochain concert

Le 22 novembre 2008 à Valladolid en Espagne : Misa Criolla et Natividad Nuestra d’Ariel Ramirez avec le chœur Valparaiso.

           

  • Nadine Dessacs-Laurens, pianiste concertiste

Pianiste concertiste, membre de l’Ensemble Musicalyre (clarinette, alto, piano) Nadine Dessacs-Laurens est Directrice de l’Ecole intercommunale de musique du Sud-est  toulousain (Auzielle, Escalquens, Labège). Représentante en France du groupe Alturas, elle accompagne l’EVCT depuis 1992

 

  • Equidad Barés, récitante

Equidad Barés, chanteuse d’origine espagnole, au carrefour des cultures et des métissages a été choisie comme récitante pour son tempérament, sa voix et ses talents de conteuse. La tradition demeure à ses yeux ce fragment essentiel du passé du monde uni au présent.


Récital de Marc Vella

Le récital de Marc Vella, le pianiste nomade,  le 21avril 2008 à la Collégiale, a été un grand moment et tout le monde a été sous le charme de Marc et a découvert avec le piano, un univers et des sonorités particulières grâce à l’utilisation des variacordes.


Jean-Paul Poletti

Jean-Paul Poletti et le chœur de Sartène

Deuxième concert, qui lui inaugure de manière officielle les Musicales de la Collégiale, le concert de Jean-Paul Poletti et du chœur de Sartène qui aura lieu le mardi 22 juillet à 21h00.

L’association « Demain, la Collégiale d’Ibos », donne carte blanche à ce chœur réputé pour nous faire découvrir une tradition qui remonte au IX siècle, la polyphonie bouleversant alors le monde musical de l’époque.
Le chœur de Sartène, qui puise ses racines dans une histoire millénaire, est réputé dans la France entière et même au-delà des frontières. Il fera connaître les charmes de la polyphonies corses au public bigourdan.
« Vouloir parler du chant profond des Corses revient à parler de leur quotidien et de leur rêves à la fois. De la naissance à la mort, des travaux aux loisirs, du café à l’église, le chant est tout leur monde ; leur histoire et le meilleur de leur langue. De la polyphonie ancestrale en quintes en parallèles dont on retrouve la trace au IXème siècle, à la paghella à 3 voix, tout ce qui fait l’espace musical de la tradition orale, du sacré au profane, la terre chante » .(JP Poletti)
Un beau mélange des cultures pour une passion commune dans ce lieu chargé d’histoire et de spiritualité.
"La voix de Jean-Paul Poletti vient de loin. Elle est riche d'une tradition séculaire, celle de ces polyphonies corses, elles-mêmes héritières des souffles mystérieux du monde méditerranéen. Elle reflète l'âme d'un peuple, la pureté de ses émotions, les élans de sa foi (...).
La voix de Jean-Paul Poletti nous rappelle ce qu'est la musique : harmonie, tout simplement".
Maurice Jarre.

Jean-Paul POLETTI – Biographie :

Auteur, compositeur et interprète, Jean-Paul Poletti révèle dès son plus jeune âge sa vocation poétique. Jusqu'en 1974 il sera l'élève assidu des classes de direction chorale et d'harmonie de la célèbre Schola Cantorum de Florence. De retour en Corse, Jean Paul Poletti va s'attacher à ressusciter le très riche patrimoine musical de l'île. Son rôle est capital dans le processus de ré acquisition culturelle, par l'intermédiaire du groupe emblématique Canta U Populu Corsu qu'il fonde en 1974 avec Pedru Guelfucci et Minicale, et dont il sera l'un des principaux compositeurs jusqu'en 1981.
Il mène parallèlement une carrière d'enseignement musical et sera nommé à la tête de l'école de chant de Sartène qui deviendra le Centre d'Art Polyphonique de la région Corse en 2000.
Il compose un opéra : "Théodore de Neuhoff" et effectue une tournée avec Sergio Bartolo autour de l'oratorio de Giacomo Anonio Perti "Gesu al sepolcro".
En 1989 il crée "Le roi de Pierre", un album pour lequel il recevra le Grand Prix de l'Académie du Disque. L'année suivante, il reçoit une Victoire de la Musique avec le groupe les Nouvelles polyphonies corses ; ce groupe avec qui il fera l'ouverture des J.O. d'Albertville en 1992. L'année suivante, en 1993, au Festival de Cannes, il crée la "Cantata Corsica" qui lui vaudra de devenir membre d'honneur du Royal Collège of Music of London en 1994. En 1999, il travaille avec Yehudi Menuhim, qui lui confie l'élaboration d'un programme d'enseignement musical pour la Corse, intitulé Mus-e.
En 2000, il sort successivement deux albums : "Fiori di memoria" et "Cantata Corsica". En 2002, il crée la "Messa Sulenna" à l'Opéra de Lyon, sous la direction de John Alldis. Cette même année, la ville de Paris lui décerne sa Médaille de Vermeil pour son œuvre de compositeur.
Outre son travail de composition, Jean-Paul Poletti se consacre aujourd'hui pour une plus grande part à l'art polyphonique, fleuron de la tradition orale à la fois spirituelle et populaire.
En 1995, il crée le Choeur d'hommes de Sartène, composé de sept voix masculines. Il invente de nouveaux espaces musicaux de formes classiques, nourris par le passé mais d'inspiration contemporaine.
Après "Cantu di a Terra" en 2004, le Choeur de Sartène enregistre l'album "Terra mea" en 2005.

Histoire du Chœur de Sartène :

Jean-Paul Poletti s'est doté d'une phalange de chanteurs où le savoir transmis depuis des générations au cœur des communautés villageoises (c'est là qu'il faut saluer l'apport des frères Tramoni) tempère l'option didactique très présente lorsqu'il s'agit de faire découvrir à de tout jeunes gens un art dont ils ignorent les arcanes. Chœur "de chambre" issu en 1996 de la chorale du Granitu Maggiore, autre création de Jean-Paul Poletti, le Chœur d'hommes de Sartène entend ainsi combler un vide entre la transmission savante et populaire. Relais laïque de la tradition chorale franciscaine, le groupe a pu ainsi, favorisé par la superbe acoustique de la chapelle conventuelle de San Damianu et la sobre collaboration du Père Ulrich, témoin précieux d'un éclat perdu, bénéficier de la mémoire d'un chant dont le vieux moine est l'un des derniers dépositaires.

Le chœur de Sartène puise ses racines dans une histoire millénaire, enrichie depuis le XIVème siècle par la présence franciscaine. C'est après le passage de l'ordre de Saint-Fançois d'Assise en Corse, qu'une communauté de frères franciscains s'est installée à Sartène et y est demeurée jusqu'à ce jour, à travers deux couvents, l'ancien couvent Saint-François près de la place Porta, et le nouveau couvent Saint Damien.
La population sartenaise ressent un profond attachement pour ses franciscains. Elle n'hésita pas à prendre les armes pour défendre, au début du 20ème siècle, la communauté menacée lors de la séparation de l'église et de l'Etat. On y vit la population y affronter la troupe qui voulait expulser les moines.
Juste retour des choses, cette même communauté franciscaine hébergea à la fin des années cinquante le dernier bandit corse (Muzzarettu), le soustrayant à la loi tout en lui offrant le repos de l'âme puisqu'il rendit son dernier souffle dans l'enceinte du couvent.
Jusqu'au XXème siècle, tous les membres de la communauté étaient issus de l'île. Mais l'absence de vocatoins a entraîné leur remplacement par des moines italiens et, aujourd'hui, belges.
La marque franciscaine résonne dans le chant sartenais. On dirait que deux cultures se sont fondées en une seule. Les recherches de Jean-Paul Poletti l'ont conduit à réinventer une étonnante diversité de chants où s'unissent polyphonies corses et rigueurs franciscaines, à trois ou quatre voix.

 

L'association Demain la Collégiale réalise des travaux d'études et de recherches autour de la Collégiale et de de son environnement. Ces travaux sont consultables sur ce site.
Pour toutes questions ou utilisation de ces documents merci de contacter l'association.

© Copyright 2007-2016 Demain, la Collégiale d´Ibos       Accueil | Carte d´identité | Actualités | Collégiale | administration
Développement web Régis Miqueu